Mot du président

Chers collègues,

Comme mon départ de notre réseau formidable est à portée de main, j’aimerais d’abord vous remercier de votre dévouement, de votre encouragement, et de votre joie de vivre. Il y a déjà deux ans, vous m’avez accordé votre confiance de présider cet organisme. Depuis ce temps, votre amitié et vos conseils m’ont permis de maintenir cette confiance. Ce fut un immense plaisir de pouvoir travailler avec vous et pour la jeunesse francophone du Canada. Avec ce mot, mon dernier comme président, je me permets de réfléchir à haute voix sur les réalisations et défis de cette année et des années à venir.

Je suis fier d’être membre d’un réseau qui sait bien délibérer et qui est reconnu pour sa capacité d’arriver à un consensus plus souvent qu’autrement. Toutefois, au cours de la dernière année, nous avons fait face à des divergences d’opinions. Ces divergences sont certainement naturelles pour toute fédération. Ce sont ces mêmes divergences d’opinions qui nous permettent d’ouvrir un dialogue et nous permettent de délibérer et de nous attaquer aux questions importantes. Bien que la pluralité des idées est naturelle et saine, il est mon devoir en tant que président de nous rappeler que toute unité est fragile et que nous devons tous travailler à la maintenir. À titre de membre du Conseil de direction, notre rôle est de prioriser et représenter les enjeux et les intérêts nationaux qui affectent les jeunes d’un bout à l’autre du pays. C’est à nous de protéger la fondation de nos valeurs et l’unité de notre communauté. À la FJCF, l’union fait la force, maintenant et pour toujours.

Une autre force de la FJCF et de nos membres est que nous accueillons à bras ouverts chaque jeune d’expression française se trouvant à notre porte. Notre accueil ne repose pas sur la langue maternelle, le genre, l’orientation sexuelle, l’ethnicité, ni la citoyenneté. Cela dit, nous nous devons d’accroître l’inclusion au sein de notre réseau afin d’assurer une meilleure représentation au sein de nos instances décisionnelles et de nos événements. De plus, l’intimidation linguistique, le sexisme, la transphobie, l’homophobie, le racisme et la xénophobie sont toujours présents dans notre société. L’équité est longue, difficile et nécessaire. Nous devons absolument nous demander comment nous pouvons faire avancer cette lutte.

En premier lieu, il est essentiel d’inclure une multiplicité de diverses perspectives. Il faut rejoindre une plus grande diversité de jeunes francophones et nous assurer qu’ils se sentent bien représentés.

Comme membre du Conseil de direction de la FJCF, nous avons une responsabilité d’en assurer une saine gestion et plus particulièrement une saine gestion financière. La pérennité de notre organisme repose sur sa capacité de générer les revenus nécessaires pour réaliser notre plan stratégique. Afin de représenter les jeunes francophones et de répondre à leurs besoins, il nous faut des ressources importantes. Nous explorons déjà la diversification des revenus comme moyen de satisfaire ce besoin. Cette année, nous avons commencé le travail pour établir une entreprise sociale qui nous permettra de rejoindre plus de jeunes et potentiellement générer des revenus additionnels pour nous, tout en ajoutant à notre offre de services à la communauté. Personnellement, je crois fortement dans ce projet afin que la FJCF puisse répondre davantage aux requêtes qu’elle reçoit. La gestion de nos projets de base pèse lourdement sur nos ressources humaines. Si nous voulons ajouter à ces projets, il faudra trouver de nouveaux moyens pour y arriver. Il faudra mobiliser des jeunes engagés en dehors de nos conseils pour mener leurs propres initiatives et comités. Il faut développer davantage notre présence sur les réseaux sociaux pour encourager les jeunes à prendre des actions individuelles. Je note, entre autres, le succès du taux de réponse pour la campagne #NéPourVoter, le sondage sur la mobilité jeunesse et la consultation pour la planification stratégique. Les jeunes sont prêts à s’engager, ils n’ont besoin que des moyens.

Au cours des dernières années, on a souvent dit que la FJCF est autant la voix des jeunes francophones que la voix francophone des jeunes. De plus en plus, nous sommes sollicités afin de jouer ce rôle, siégeant à de nombreux comités et en participant aux consultations et aux conférences, au point où il est difficile de siéger à toutes ces instances de représentation. Alors que nous voulons assurer la perspective des jeunes partout, nous n’avons pas les ressources pour que nous puissions offrir une position sur chaque enjeu qui nous est présenté. En même temps, il y a une prolifération d’organismes qui s’intéressent à la philosophie du PAR et POUR les jeunes. Partout au pays, les jeunes se mobilisent afin d’effectuer un changement au sein de leurs communautés et les communautés se mobilisent afin d’écouter les perspectives des jeunes. Notre réseau a le potentiel de jouer un rôle de leadership dans ce mouvement. Depuis plus de quarante ans, nous développons une expertise dans le PAR et POUR les jeunes ; nous avons une responsabilité de protéger cette philosophie qui nous est chère. Il faudra se demander comment nous, les jeunes francophones du Canada, pouvons continuer à contribuer au développement d’un espace dans lequel les perspectives des jeunes de tous les secteurs puissent être écoutées et respectées. Nos prédécesseurs ont pu développer cette notion à l’intérieur de la francophonie canadienne. Comment pouvons-nous la répandre encore plus haut et plus loin ?

Malgré les défis que j’ai soulignés, l’avenir de notre réseau est positif et en bonnes mains. Nous initions de nouveaux projets, nous développons davantage notre rôle politique et nous préparons un avenir prometteur basé sur le PAR et POUR les jeunes. Je suis bien désolé de devoir quitter le réseau à ce moment. Toutefois, je suis right fier de la contribution que j’ai pu amener, avec votre appui, envers notre avenir collectif. Nous sommes arrivés ici grâce à la force de nos valeurs. Les valeurs qui assureront notre pérennité seront toujours celles de l’unité, de la diversité et l’inclusion, de l’innovation et, comme toujours, le PAR et POUR les jeunes.

Merci encore !

Alec Boudreau

Président de la FJCF

2014-2016

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s